Toute famille possède une histoire. Une histoire que l’on peut raconter et transmettre de génération en génération. Grâce aux Archives générales, tous les documents qui relatent l’histoire de la Congrégation des Spiritaines et de la fondatrice sont soigneusement conservés, classés et disponibles pour des travaux de recherche à caractère historique ou pour les besoins de l’administration générale.

Bâtiment des Archives générales à Nogent-sur-Marne en France.

Actuellement, les Archives générales se trouvent à Nogent-sur-Marne, au 22 rue de Plaisance et sont tenues par Sœur Maria da Conceição Vieira de Sousa, depuis le 20 octobre 2012, jour du transfert des Archives. En effet, avant cette date, tous les Documents d’Archives étaient recueillis et conservés à la Maison-mère des Sœurs Spiritaines, au 18 rue Plumet, à Paris. Au fil des années, l’accumulation des documents a nécessité un espace beaucoup plus grand pour conserver et ordonner les documents recueillis dans les différentes Communautés spiritaines. D’où la réflexion d’aménager un lieu propre aux Archives, avec ses locaux, plusieurs salles de conservation et d’étude. C’est ainsi que les Archives générales ont été déplacées, de la Maison-mère, à Nogent-sur-Marne, dans un bâtiment situé dans la concession de la « Maison Africa », la maison de retraite des Spiritaines.

Sœur Maria da Conceição Vieira de Sousa

Sœur Maria da Conceição Vieira de Sousa, spiritaine d’origine portugaise, a longtemps missionné en Afrique, notamment en Angola, au Cap-vert mais aussi au Brésil, au Portugal avant d’arriver en France pour cette nouvelle mission inattendue. C’est justement son expérience missionnaire sur le terrain, son désir de connaître toujours mieux la Congrégation, son intérêt pour le travail des Spiritaines dans les différents pays, qui lui ont permis de s’investir totalement dans ce service. Un travail d’archiviste qui requiert précision, patience, organisation, méthodologie et surtout dit-elle « un véritable amour pour la Congrégation ».

« Lorsque j’ai reçu la mission d’Archiviste par la Supérieure générale de l’époque, Sœur Maria-José Arandia », explique Sœur Sousa dans une interview du 11 mai 2019, « je ne me voyais pas vraiment dans ce nouveau service. Mais l’amour de la Congrégation, mon vœu d’obéissance, la confiance et le soutien total du Conseil général m’ont convaincue d’accepter ce nouveau service et de donner le meilleur de moi-même. Aujourd’hui, je peux dire que je suis vraiment heureuse aux Archives. Je voyage dans toute la Congrégation à travers les écrits et les photos des différentes missions. Je me sens vraiment missionnaire en rejoignant tous ces Peuples que nous, Spiritaines, avons rencontrés au long de notre parcours missionnaire ».

A la découverte de ce lieu de Mémoire spiritaine

Petite salle d’accueil

En arrivant aux Archives générales, nous découvrons tout d’abord une petite salle d’accueil. Des revues missionnaires telles que « Pentecôte sur le monde », des livrets sur les Spiritaines sont laissés  à la disposition des visiteurs. Quelques objets d’art ou tableaux africains évoquent la Mission ad-extra pour laquelle la Congrégation est née.

C’est avec joie que Sœur Sousa, nous introduit dans son bureau, ordinateur, scanner, imprimante, dictionnaires, atlas… tout y est pour assurer un service de recherche et de traitement des documents. Au mur, une image de la colombe du Saint-Esprit, un portrait de Sœur Eugénie Caps et du Père Libermann, le décor est planté, nous sommes bien dans une maison spiritaine. Sans oublier ce tableau de Sœur Armelle Rabillard, spiritaine artiste-peintre, qui représente des poissons, signe des premiers chrétiens.

 

Ce bureau donne accès à une grande salle, où il est aisé de circuler car bien aérée. Des rangées d’armoires laissent entrevoir tous les documents archivés depuis les débuts de la Congrégation, impressionnant !

Comment les Archives générales sont-elles organisées ?
Sœur Sousa explique qu’en arrivant aux Archives générales, elle a poursuivi le travail de classement de Soeur Josefa Maria. Cette dernière avait commencé ce service d’archiviste en 1977 jusqu’en 1989. Elle utilisait un manuel avec un système de côtes. L’important étant de choisir une méthodologie qui permet de retrouver facilement les documents.
Les fichiers sont classés par série. Chacune correspond à un type de documents. Par exemple la Série A concerne la Fondation de la Congrégation, les Séries D et F indiquent les relations avec l’Église, avec les congrégations religieuses, les autorités civiles et religieuses, le Série G pour l’Administration de la Congrégation, etc.

On y trouve aussi toutes les productions écrites des Spiritaines publiées au fil du temps. Notamment, la revue de la Congrégation intitulée « Pentecôte », le bulletin des Spiritaines « l’Entre-nous » qui a commencé en 1925. On y trouve également les écrits de la Fondatrice des Spiritaines, Sœur Eugénie Caps. Un important patrimoine de lettres, son journal intime, le récit de sa vocation peuvent être consultés pour aller à la source de son intuition fondatrice. Sans oublier tous les documents des différentes Missions et Communautés depuis la fondation de la Congrégation.

Les premiers “Pentecôte” publiés par les Sœurs Spiritaines.

Lettre de Mgr Le Roy encourageant les Sœurs à écrire un bulletin de liaison et d’information, devenu “l’Entre-nous”.

1er Etat du personnel

Lettre de Soeur Eugénie Caps au Supérieur des Spiritains à Neufgrange

Lettre de Mère Michaël Dufay à Soeur Eugénie Caps

 

Père João José da Cruz

Le Père João José da Cruz, spiritain, né en 1883, près de Porto, au Portugal a joué un rôle capital dans la conservation des archives de la Congrégation. Il a permis de retrouver les documents essentiels d’archives égarés en Irlande durant la 2nde guerre mondiale et avait demandé lui-même à Soeur Eugénie Caps de faire le récit de sa vocation. Ce qui nous vaut aujourd’hui de disposer des écrits de la Fondatrice et de son abondante correspondance. En ce sens, il  peut être considéré comme le tout premier archiviste de la Congrégation. Nous lui en sommes très reconnaissantes.

 

L’importance des Archives générales

Sœur Sousa témoigne que les Archives générales sont un lieu pour revenir à la source de la Congrégation et s’en imprégner. Pouvoir lire tout ce que nos Sœurs aînées ont vécu, tout ce qu’elles ont donné d’elles-mêmes à la suite de Jésus-Christ, édifie les nouvelles générations, les confirme dans le Charisme propre de la Congrégation. Les écrits de Sœur Eugénie Caps sont aussi à étudier pour aller toujours plus loin dans la spécificité propre de l’intuition fondatrice et saisir peu à peu la spiritualité qui s’en dégage. Relire aussi l’Histoire de la famille spiritaine, en resituant chaque personne dans le rôle qui a été le sien au moment de la fondation.

Soeur Marie-Calixte Lembrez

Pour cela, Sœur Sousa distingue deux types d’activités en lien avec les Archives. D’une part le travail de l’archiviste, qui consiste à recueillir, classer et conserver les documents d’archives. D’autre part celui de l’historienne, qui va travailler les documents pour écrire l’histoire, les commenter et dégager les points forts du vécu de l’Institut en vue de le porter à la connaissance des Sœurs et du grand public. Sœur Sousa a la joie de travailler avec Sœur Marie-Calixte Lembrez qui l’aide aussi pour les classements de certains documents et des photos d’Archives. Un binôme efficace et passionné par l’histoire de la Congrégation.

Les archivistes au travail.

La Mémoire spiritaine en images

Pour conserver au mieux toutes les photos et diapositives prises au cours différentes missions spiritaines, une grande salle a été aménagée au 2ème étage. Là aussi, impressionnant travail de classement et une vive émotion en découvrant tout ce passé vécu par nos sœurs aînées.

Salle d’archive pour les photos.

Toutes les photos sont conservées avec soin, classées selon un répertoire très précis.

 

Pour vous, quelques photos assez inédites de la Fondatrice, Soeur Eugénie Caps, que l’on trouve aux Archives générales, et encore peu connues du grand public.

Abel, le frère de Soeur Eugénie Caps

Eugénie et son frère Abel

Eugénie en train de tricoter avec ses compagnes de la Croix rouge.

 

Eugénie, jeune fille avec son patronage.

 

Maison de Farschviller première Maison des Spiritaines.

 

Eugénie caps, postulante

 

L’avenir de la Mémoire
A la veille des 100 ans de la fondation des Sœurs Missionnaires du Saint-Esprit qui seront célébrés en 2021, les Archives générales ont beaucoup à transmettre aux générations futures. Continuer un travail de recherche et d’études à partir des textes et des écrits. Mettre au jour des documents qui n’ont pas encore été édités. Relire l’Histoire des Spiritaines avec un regard critique pour y replacer chaque personne et chaque évènement dans son contexte et le rôle joué par chacun dans cette grande aventure missionnaire qu’est l’évangélisation des Peuples.

Vitrine d’un petit musée avec des objets d’art africain

Autre vitrine du musée

Galerie des portraits des supérieures générales depuis les débuts de la Congrégation

Actes des bénédictions papales, encourageant la Congrégation dans sa mission d’Évangélisation des Peuples.

Un grand merci aux Archivistes pour ce travail minutieux et organisé au service de toute la Congrégation. Elles invitent les Spiritaines et toute autre personne curieuse de l’histoire de la Congrégation à découvrir ce patrimoine des Archives générales. Pour tout renseignement ou visite aux Archives générales, prendre contact en écrivant à l’adresse mail suivante : spiritainesarchives@gmail.com

                                                                                                                                                                                                                                                                             Soeur Sandra Dernault